Yokai No Mori Yokai no Mori est un jeu pour deux joueurs créé par…

Yokai No Mori

Yokai no Mori est un jeu pour deux joueurs créé par Dame Madoka Kitao et illustré par Naïade.
C’est un jeu d’initiation au Shogi qui a fait un malheur au japon . Il a été créé en 2008 par Madoka Kitao qui est une joueuse professionnelle de Shogi (le jeu d’Echecs traditionnel japonais). Au Japon, il se nomme le « Shogi des animaux » mais pour le marché occidental, il a pris le nom de « Yokai No Mori » qui signifie La Forêt des Esprits.

Yokai No mori se compose donc d’un plateau en carton sobre et joliment illustré et de pions en bois très épais en deux tailles, une pour la version de base, une pour la version avancée. L’épaisseur incroyable de ces pions en hêtre ( 1.5cm) provoque un plaisir rare lors des manipulations.

Le plateau de jeu est réversible : d’un côté la version classique avec un damier de 4×3 cases et 4 pions par joueur et de l’autre une version avancée avec un damier de 6×5 cases et 8 pions par joueur. Ces deux versions sont donc des versions simplifiées du Shogi traditionnel qui se joue sur un damier de 81 cases et 20 pions par joueur.

Les règles fondamentales du jeu sont simplissimes : à son tour on doit, soit bouger une pièce, soit capturer une pièce, soit parachuter une pièce. Le but étant de capturer le roi adverse (le koropokkuru – Lutin. C’est lui le maître des Yokai).

Les pièces bougent d’une seule case dans une des directions utilisées. Alors que pour le Shogi, on a affaire à des idéogrammes japonais ce qui rend le jeu très difficile d’accès, ici pour le yokai No mori il a été choisi d’illustrer les différentes pièces par des représentations des esprits de la forêt rendant le jeu nettement plus attractif à nos yeux alors que la présence de points orange représentent les mouvements disponibles. Chaque pièce peut se déplacer d’une cases dans une des directions indiquées par ses points de couleur.
Certaines pièces (une seule dans le jeu de base) peuvent être promues si elles atteignent la dernière ligne, elles bénéficient alors de possibilités de mouvement accrues. Pour capturer, il suffit d’aller sur la case d’une autre pièce.
Et le parachutage me direz-vous ? très simple également : on pose une pièce capturée précédemment où l’on veut sur le damier, pourvu que ce soit sur une case libre. C’est ici une des particularités du Shogi traditionnel : les pièces ne sont jamais éliminées. Elles passent dans le camp adverse qui pourra les réutiliser plus tard dans la partie en les parachutant sur le plateau de jeu.

Comment reconnait-on ses pièces alors ? Simplement en fonction de leur orientation.
Les Parties sont très disputées et surtout très rapides. Les renversements de situation sont très rapides et souvent fatals, aussi faut-il rester concentré.

http://www.audemondujeu.com/index.php?go=fiche&big_phto=05036.jpg&no=5036











Commentaires

  • Pas de commentaire ». ».
  • Ajouter un commentaire